Overblog Follow this blog
Edit post Administration Create my blog

Distance; 110km - Montée; 1988m 

Le TGV, comme son logo ne l´indique pas, ça va vite. Le vélo un peu moins.

Le train à grande vitesse arrive en gare de Perpignan à l´heure. Je suis prêt. Enduit de protection solaire indice 50, je peux affronter les nuages qui depuis que nous avons passé Montpellier se font plus nombreux.

Dans la plaine perpignanaise, je trouve une piste cyclable parallèle à la route prévue qui m´amène jusqu´à Terrats.

De Fourques à Céret en passant par Llauro le temps est clair. En passant le Tech, je vois des cerises bien mûres sur les arbres. Les premières gouttes m´atteignent vers Amélie-les-bains. A Prats-de -Molló il fait sec en j´en profite pour casser une graine. Je ne sais pas encore ce qui m´attend mais le ciel est menaçant. Là, je rencontre le premier cyclo de mon voyage. Il vient de passer le col d´Ares vers lequel je me dirige. Il rentre du Maroc et la descente l´a transformé en glaçon roulant – je connaîtrai cet état moi-même à plusieurs reprises durant mon périple. Il aspire à un café chaud et à un repas dans un local chauffé. Je le laisse débusquer la perle rare dans cette saison basse et engloutis mon repas en quelques dizaines de minutes. Il faut dire qu´il déjà est plus de 14h.

La montée est longue et la visibilité nulle. Le brouillard ne me permet pas de profiter de la vue panoramique qu´offre habituellement mon vélo horizontal. Je n´aurai pas ce jour, non-plus, l´occasion de prendre des photos.

Je passe le Col d'Ares (1513m) peu après 15h30. L´entrée en Catalogne me réserve une douche glacée lors des premiers kilomètres de descente. A Camprodón l´averse cesse et j´arrive à l´auberge à 16h45.

Le gérant me dit que el lundi la cuisine est fermée et me donne le choix entre un repas-plateau-micro-ondes ou aller manger en ville. Mon choix se porte sur la seconde option, bien conscient qu´il me faudra attendre de longues heures avant de me remplir la panse.

On me dit aussi qu´une autre personne est attendue ce soir. Mat, un cycliste, deux fois plus lourd et presque deux fois plus grand que moi, ne tarde pas à arriver pour occuper la chambre voisine. Je toque à sa porte et nous décidons d´aller visiter le village ensemble en attendant l´ouverture des restaurants.

Après avoir failli mourir de faim, à cause des horaires locaux, Mat le polonais de Toronto et moi, passons une soirée bien sympathique à nous raconter, en anglais, nos journées respectives, bien arrosées, comme le repas.

Le lendemain, nous partirons ensemble sur les 10 premiers kms avant de nous séparer à Ripoll. Il va au nord, moi à l´ouest.

Perpigan - Sant Joan de les Abadesses
To be informed of the latest articles, subscribe:

Comment on this post

Patrick 05/29/2013 12:01

Salut Rv

J'éspère que la suite de ton voage se passe mieux que la première partir. Ici, il pleut beaucoup et if fait toujours froid. On a reussi à tondre la pelouse Lundi, car il y a eu une journée de soleil, mais ca n'a pas duré.
Bon voyage
Patrick